Cycle La folie à l’image 2018

Une 6eme année de programmation du cycle

Pour la sixième saison, nous aurons l’opportunité de nous retrouver au RIO autour de la programmation « la folie à l’image ». Nous remercions l’équipe du cinéma et son Conseil d’administration de nous accueillir dans les meilleurs conditions.
La psychiatrie est un enjeu majeur de la vie démocratique de notre pays. Depuis la guerre et la prise de conscience qu’il y avait une similitude inquiétante entre les camps de concentration et les « asiles », les politiques de santé publique ont tenté de s’adapter à la législation et à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Vœux pieux ou véritable engagement ? La crise est réelle. Le manque de personnel est flagrant. La qualité des soins pose question. Mais surtout la perte de sens de ce service public devient criant. L’écoute n’est plus un impératif thérapeutique et l’ordonnance le viatique pour continuer à… À quoi ?
Cette « saison » nous vous proposons trois documentaires.
- Le premier Titicut Follies est le premier film du documentariste américain Frederick Wiseman sorti en 1967.
Il a été tourné dans l’hôpital pour aliénés criminels de Bridgewater (Massachusetts). Film primé en France mais censuré 25 années aux États Unis.
- Le second documentaire est un des évènements cinématographique de l’automne dernier. Il s’agit de 12 jours de Raymond Depardon. Nous envisageons un débat plutôt critique de ce film.
- Le dernier rendez-vous nous mettra en présence de Jean Oury, un des penseurs et des promoteurs de la clinique de La Borde. Sous le nom poétique des sous bois des insensés, Martine DEYRES sa réalisatrice nous entraîne au delà de la « clinique » au cœur de la psychose.
Nous restons attentif à l’air du temps mais aussi aux préoccupations de celles et ceux qui nous accompagnent depuis 6 ans. Vous avez votre place dans le comité de sélection et d’organisation des débats.
Brut de béton production ne fait plus partie du collectif organisateur car cette compagnie théâtrale a cessé ses activité définitivement en décembre 2017. Le Collectif Parce qu’on est là qui était une émanation de Brut de béton production intensifie ses activités artistiques du cotés de la folie. Il reste partie prenante du collectif organisateur de « la folie à l’image ».

Titicut Folies

Titicut Folies de Frederick Wiseman, (film de 1967) est le documentaire qui ouvre notre programmation le lundi 12 mars à 20h.

Bridgewater (Massachusetts), 1967. Frederick Wiseman tourne Titicut Follies, son premier film, dans une prison d’État psychiatrique et atteste de la façon dont les détenus sont traités par les gardiens, les assistants sociaux et les médecins à l’époque. Ce qu’il révèle a valu au film d’être interdit de projections publiques aux États-Unis pendant plus de 20 ans. Témoin discret et vigilant des institutions, Frederick Wiseman pose, avec Titicut Follies, les bases de ce qui fait son cinéma depuis 50 ans.

Ce documentaire montre la vie quotidienne des patients détenus dans l’unité carcérale psychiatrique de l’hôpital de Bridgewater. Les conditions de vie des patients sont déplorables. Ils subissent le harcèlement verbal et physique de la part du personnel de l’administration, soignants et gardiens.

Le débat sera présenté par Frédéric Gelly, médecin/psychiatre au Centre hospitalier Sainte-Marie.

12 jours

Le lundi 14 mai, nous proposons  12 jours  de Raymond Depardon (film de novembre 2017).

Avant 12 jours, les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement sont présentées en audience, d’un côté un juge, de l’autre un patient, entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et de la vie.

Prolonger, ou non, l’internement sous contrainte. Dans un hôpital psychiatrique, Raymond Depardon filme les patients confrontés au magistrat qui va décider de leur avenir. Des face-à-face éprouvants, parfois drôles, où s’exprime une humanité cabossée. Et désireuse d’être écoutée.

Nos invités sont Monsieur le juge Jean-Christophe Riboulet, juge des libertés et de la détention, ainsi qu'un avocat.

Le sous bois des insensés

Notre dernière séance du cycle le 11 juin concerne Le sous bois des insensés, documentaire de Martine Deyres sorti en novembre 2016.

Depuis son bureau de la clinique de La Borde, Jean Oury raconte une vie passée à accueillir la folie. Témoignage précieux d’un des acteurs majeurs de la psychiatrie du XXe siècle, ce film nous invite à partager la qualité d’une rencontre dont les enjeux excèdent de toute part le champ clinique. En nous entraînant au plus proche d’une connaissance subtile de la psychose, Il renvoie chacun à une essentielle reconquête d’humanité.

Nous aurons pour invité la réalisatrice et David Ryboloviecz qui est responsable du secteur Travail social/Santé mentale à l’Association nationale des CEMEA.

Remerciements

Cette année encore Didier DUPEUX,  pour l’offre d’une 6eme de ses œuvres afin d’illustrer ce programme. Nous sommes particulièrement sensible à la puissance de son interprétation graphique de l’effroi.

Nous n'oublions pas non plus les différents partenaires qui nous soutiennent dans cette démarche.

Partenaires